Conception de projets


Conception de projets


Nous concevons des projets et des programmes de financement dans tous les domaines liés au développement durable, en collaboration avec les gouvernements, les ONG et les organisations internationales. Les membres de notre équipe ont pris part à l’élaboration de projets et de programmes complexes dans un grand nombre de pays en voie de développement. Les projets sont élaborés suivant une approche participative, et conjuguent les priorités liées au développement aux exigences de la durabilité et aux défis particuliers ayant trait aux changements climatiques.

Notre équipe collabore avec le PNUE à l’élaboration d’un concept plurifactoriel de projet de financement soutenu par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Ce projet inclura des mesures destinées à restaurer les écosystèmes dégradés, à réduire les émissions de GES, et à renforcer les pratiques locales de saine utilisation des ressources naturelles. Cliquez ici pour une description du concept du projet.

Ce projet jouit du soutien du Fonds international de développement agricole (FIDA). À titre de principaux conseillers en matière d’environnement et de changements climatiques, nous avons soumis des recommandations concernant les activités de promotion de l’adaptabilité et la prise en compte des changements climatiques dans les pratiques d’agriculture et de développement des marchés à l’étape de la conception du programme.

Avec le soutien du FEM, et l’entremise du PNUD et du PNUE, nous élaborons des projets de renforcement des capacités transversales en Haïti et au Suriname. Ces projets de moyenne envergure sont conçus pour aider les pays concernés à mettre en œuvre des accords environnementaux multilatéraux, et à répondre aux besoins en matière de capacités transversales en vue d’une meilleure gestion de l’environnement.

Ce projet, financé par le Fonds pour les pays les moins avancés (FPMA) au titre du PNUE, vise à établir des priorités d’adaptation dans quatre zones côtières de Madagascar, sur la base d’une approche axée sur les écosystèmes. Il comprend des mesures de restauration des écosystèmes dégradés, des activités de renforcement des capacités de planification décentralisée, un volet de surveillance écologique, et des cadres de gestion intégrée des zones côtières.

Ce projet, financé par le FPMA au titre du PNUD et du PNUE, vise à renforcer les capacités de la Gambie à surveiller et à évaluer les changements climatiques. Il comprend des investissements dans le système de surveillance hydro-climatique, un volet d’assistance technique, et des mesures de renforcement des institutions et des méthodes de transmission de l’information à l’échelle locale.

Ce projet est financé par le FPMA au titre du PNUD, et relève d’une initiative regroupant 10 pays. Son objectif est de renforcer les capacités de la Tanzanie à surveiller les conditions hydro-climatiques et à intégrer les changements climatiques dans la planification du développement local. Le projet comprend de grands investissements dans l’infrastructure de surveillance hydro-climatique, un volet d’assistance technique en vue de la prévision des crues, et la mise en œuvre d’une plateforme participative de gestion des catastrophes et de planification de l’adaptation à l’échelle locale.

Ce projet, financé par le FPMA, le FIDA et la Banque mondiale, favorise l’intégration de mesures de renforcement de la résistance au climat dans les initiatives de développement de la production et de la commercialisation agricole dans les régions septentrionales du Lesotho. Il comprend un volet de soutien technique, des investissements dans la recherche agronomique, et des mesures d’aide financière aux projets d’investissement élaborés à l’échelle locale.

Ce projet, financé par le Fonds d’adaptation de la CCNUCC, soutient la mise en œuvre de mesures de protection côtières dans les régions vulnérables désignées de la Tanzanie. Mis en application avec l’appui du PNUE, ce projet comprend l’instauration d’une infrastructure de protection côtière et de mesures d’adaptation axées sur les écosystèmes.

Ce projet, financé par le Fonds pour les pays les moins avancés (FPMA), soutient la mise en œuvre d’initiatives de restauration du littoral pour répondre aux pressions exercées par les changements climatiques, y compris la montée du niveau des eaux et l’érosion côtière, ainsi que de mesures de renforcement des capacités institutionnelles des intervenants Tanzaniens à prendre en charge les vulnérabilités côtières et la pauvreté.

Ce projet, financé par la Banque mondiale en partenariat avec le Fonds pour les pays les moins avancés, comprend le renforcement des capacités des communautés de pêche locales à faire face à la variabilité croissante du climat, aux crues/inondations, et à gérer les risques de catastrophes et les problèmes de sécurité maritime découlant de l’intensification des brouillards.

Ce projet met l’accent sur la prise en charge des principaux éléments de vulnérabilité locale à Djibouti, soit spécifiquement la raréfaction et la dégradation prévues de l’eau et de sa qualité, les risques de crues/d’inondation et la gestion des terres. Il encourage la recherche en matière d’usage et de disponibilité de l’eau, ainsi que les activités communautaires visant à réduire la dépendance aux ressources vulnérables.

Ce projet recommande d’envisager les réformes du secteur rizicole à Madagascar selon une approche dite "de la graine au magasin " afin de répondre de manière proactive à la variabilité et aux changements climatiques anticipés. Il propose une approche communautaire et intégrée visant à accroitre la productivité rizicole, et repose sur l’emploi de techniques novatrices à toutes les étapes du cycle de production du riz. Le projet est financé par le Fonds d’adaptation.

L’objectif principal de projet est de fournir au gouvernement du Lesotho les capacités et les technologies de base nécessaires pour disposer de moyens efficaces d’alerte rapide et de prévision des conditions climatiques, tout en encourageant les techniques et les méthodes d’adaptation locales dans les secteurs de l’agriculture et de l’élevage du bétail.

Ce projet fournit du soutien aux institutions de Djibouti afin qu’elles disposent d’un système d’alerte rapide en cas de crues le long des routes menant aux oueds, et comporte aussi un volet de surveillance des vulnérabilités climatiques actuelles et futures dans les zones côtières. Il prévoit des mesures de restauration des écosystèmes côtiers tampons dégradés, comme les mangroves, afin de prévenir les répercussions négatives des changements climatiques sur le littoral.
Ce projet jouit de l’appui conjoint du gouvernement du Japon et du PNUD au titre du Programme d’adaptation aux changements climatiques en Afrique; il favorise le renforcement des capacités politiques en matière de planification et d’adaptation côtières en Tunisie. Il prévoit des actions visant à faciliter l’adoption de mesures de gestion intégrée des zones côtières dans les cadres de planification locaux.
Ce projet favorise le renforcement des capacités de base en matière de planification côtière intégrée dans les zones côtières vulnérables du Gabon.
Ce projet comprend des mesures de soutien des politiques à l’intention du gouvernement marocain et des communautés vivant dans les écosystèmes d’oasis, afin d’encourager les initiatives d’adaptation dynamiques dans les zones arides et semi-arides fragiles.
Ce projet a permis au gouvernement de la RDC de mettre en œuvre des mesures d’adaptation initiales dans le secteur agricole, comme la création d’un système d’approvisionnement en substances agricoles résistantes à la sécheresse et aux parasites, et le renforcement des capacités locales en matière d’irrigation efficace et de meilleure utilisation de l’eau dans les zones vulnérables.